Assemblée générale

C’est un très nombreux public qui était présent à l’Assemblée Générale de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Aveyron, le lundi 15 Septembre 2014

Assemblée Générale Publique de la CCI Aveyron – 15 septembre 2014

AG PUBLIQUE 2014 1C’est un très nombreux public qui était présent à l’Assemblée Générale de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Aveyron, ce lundi 15 Septembre : l’amphithéâtre archicomble nécessitant même de mettre à disposition une deuxième salle, équipée d’un dispositif vidéo, pour accueillir l’ensemble des 250 participants.

Et c’est un auditoire conquis et attentif qui a assisté aux interventions du Président Manuel Cantos et du politologue de renom, d’origine aveyronnaise, Dominique Reynié.
A en juger par les longs applaudissements qui ont salué leurs propos, l’assistance a apprécié les vérités énoncées par les deux orateurs. 
C’est un véritable et vibrant plaidoyer pour l’entreprise que le Président Manuel Cantos a délivré, déclarant : « Allégez les textes, faites sauter les verrous, gommez les seuils qui compliquent l’embauche. Laissez-nous respirer, laissez-nous faire notre métier, laissez-nous produire, créer des richesses et de l’emploi. Supprimez nos handicaps législatifs et fiscaux, donnez-nous les mêmes armes que nos concurrents Allemands ou Britanniques et vous verrez revenir naturellement la croissance et l’emploi ».
Il évoquait aussi la « condamnation à mort » des Chambres de Commerce et d’Industrie avec : « un hold-up programmé de 630 000 euros sur les fonds de réserve de notre CCI et un laminage de 45,02 % entre le budget exécuté 2013 et les annonces qui nous sont faites pour le budget 2017. » et des interrogations : « qui remplira nos nombreuses missions auprès des entreprises qui, dans ce monde impitoyable, nous sollicitent au quotidien pour du soutien, des conseils, des expertises, des analyses, … ? Il est certain que la situation sera, alors, encore pire dans l’avenir. »
De son côté, le directeur général de la Fondation pour l’Innovation Politique et professeur à Sciences Po. relevait que le monde va de mieux en mieux et, dans ce contexte plutôt positif, l’Europe fait moins bien que le monde, et la France moins bien que l’Europe, notamment en terme de croissance ; la France courant le risque de se retrouver à l’écart d’un monde qui évolue et qui ne l’attendra pas. C’est, selon Dominique Reynié, la préférence pour l’Etat, que la France continue d’affirmer depuis la fin de la seconde guerre mondiale, qui conduit notre pays à exercer de fortes contraintes : pression fiscale, complexités administratives, lourdes règlementations …ce qui imposerait une forte remise en cause du système politique français.
Le Président Manuel Cantos et les quatre chefs d’entreprises (Pierre Barriac, Patrick Bellity, Jean-François Boyer et Muriel Lelong,) qui participaient à la table ronde qui suivait, évoquaient, à leur tour, les difficultés d’agir au quotidien dans notre pays et l’absolue nécessité de faciliter leur vie pour qu’ils puissent entreprendre et créer richesses et emplois.

Les autres services en ligne